belle feune fille propose massage erotique naturiste pour homme sur paris

belle feune fille propose massage erotique naturiste  pour homme sur paris

historique du massage erotique

L'origine du massage, en fait, remonte probablement à la préhistoire, bien que nous n'en ayons pas de preuves comme telles. Cependant, si on le considère comme le plus ancien des remèdes, c'est parce que chez l'homme, comme chez certains animaux, il est instinctif. Est-ce qu'on ne se masse pas tout naturellement quand on ressent une douleur à un certain endroit du corps ?

Le plus vieux manuscrit dont nous ayons connaissance et qui décrit systématiquement les différentes manipulations du massage, remonte à plus de 2000 ans avant Jésus-Christ. Le Huang Ti Nei Su Wen, qu'on appelle le Classique de médecine interne de l'empereurjaune, a probablement été rédigé par Huang Ti qui régna en Chine de 2697 à 2597 avant Jésus-Christ.
Seulement, si on remonte plus dans le temps, le massage érotique aurait connu ses balbutiements en Asie avec le lien entre l'esprit et le corps et toute la culture bouddhiste...
D'ailleurs, ce qui est paradoxal aujourd'hui, c'est que des pays comme la Thaïlande, plus précisément Bangkok, soient le royaume de la prostitution cachée par le massage soi-disant érotique, concept qui s'éloigne de la pureté du Bouddhisme.
On connaît de même le rituel du Chuak'a, forme de massage pratiqué avec un bâton d'ivoire et utilisé par les soldats de Gengis Khan pour se libérer de la peur après les batailles. On dit que c'est Gengis Khan lui-même qui aurait mis au point cette méthode de libération où, exception faite du visage et du dos, on se massait soi-même toutes les parties du corps.

Entre autres, lorsque Vatsyayana a écrit le Kama Sutra en Inde au huitième siècle,
il préparait pour les générations futures un véritable travail de philosophie, de psychologie, d'enseignements Indous et un guide classique de sensualité, reflétant les coutumes sociales et sexuelles de son époque. Les enseignements du Kama Sutra incluent l'utilisation d'huiles, de parfums et de massages érotiques afin d'augmenter les sens et le plaisir sexuel.(Kama' étant le nom du Dieu Indou de l'amour et Sutra' signifiant manuel ou guide).

D'autres penseurs disent que la véritable origine du massage érotique se situe au temps des romains où les orgies permettaient de toucher et de masser à peu près tout ce qui bougeait dans cette masse de corps nus et voluptueux !
Le massage était connu en Perse, en Égypte. On dit d'ailleurs que du temps de Cléopâtre les patriciennes ne se gênaient nullement pour se faire masser pendant de longues heures... et pas seulement dans un but thérapeutique, mais beaucoup plus pour les stimulations érotiques qu'elles goûtaient aux mains de masseurs ou masseuses.

Alexandre le Grand découvrit le massage lors de ses conquêtes qui le menèrent en Perse et jusqu'en Inde. Dans ce pays, d'ailleurs, le massage était déjà connu. Deux cents ans avant Alexandre, le livre sanskrit Ayur-Veda (L'Art de la Vie) mentionne le massage et en fait d'élogieux commentaires. Et pendant ce temps, en Chine, massage et acupuncture se développent concurremment et parallèlement.

À partir des conquêtes d'Alexandre, le massage fait son entrée dans le monde grec. On prétend d'ailleurs que ce furent les Grecs qui raffinèrent les différentes techniques du massage et en répandirent l'usage dans le monde occidental. À l'époque romaine, il n'était pas rare de voir des esclaves-masseurs d'origine grecque.

Ainsi le poète grec Homère qui vécut aux environs de l'an 1000 av. J.-C. (à moins qu'il ne fût, comme certains le prétendent, un personnage purement mythique), décrit certaines séances de massage pratiquées sur les guerriers de l'époque, scène qui n'est pas sans rappeler ce rituel du Chuak'a.

Un des maîtres d'Hippocrate, père de la médecine moderne, Hérodikus (500 av. J.-C.), avait couramment recours au massage pour prolonger la vie de ses vieux patients. Ce qui provoquait les commentaires caustiques du philosophe Platon qui demandait pourquoi prolonger indûment la vie de ces vieillards. Commentaires qui n'empêchèrent d'ailleurs pas Platon de recourir lui-même plus que fréquemment aux massages. Platon, mentionnons-le, vécut jusqu'à l'âge vénérable de 104 ans !

Le philosophe Socrate, maître de Platon, faisait savoir que le massage, à son avis, était aussi indispensable à l'homme que le blé et l'orge, céréales qui constituaient la base de la nourriture de l'époque, Ce qui n'était quand même pas peu dire...

L'historien grec Hérodote (484 - 424 av. J.-C.) fait souvent mention du massage comme technique thérapeutique, et même comme technique pour rehausser la beauté du corps et assurer sa longévité.

Hippocrate lui-même, qui vécut de 460 environ jusqu'à l'an 377 avant Jésus-Christ, incluait le massage dans ses traités thérapeutiques. Galien, autre médecin célèbre qui poursuivit l'oeuvre d'Hippocrate et de l'école grecque de médecine (celui-ci vécut de 130 à 200 de notre ère), entreprit de systématiser et de développer les différentes techniques du massage comme thérapie.

Avec l'empire romain, nous assistons à une généralisation de l'emploi du massage comme moyen de guérison. Les exemples ne manquent pas dans la littérature et l'histoire romaine où le massage est cité comme une méthode miraculeuse pour soulager les maux dont sont affligés les humains.

Asclépiade reprit l'adage de son maître Hippocrate qui disait : "Le médecin doit connaître beaucoup de choses, et le massage est l'une de celles-là !" D'origine grecque, mais pratiquant à Rome, ce médecin célèbre prétendait que le massage est un outil important dans le développement d'un corps séduisant et en bonne santé. Ainsi voit-on se développer la technique du massage comme technique esthétique et non seulement comme thérapie. Bien sûr, à mesure que l'empire romain s'étend et que cette civilisation se dirige vers la décadence, nous voyons aussi apparaître les techniques du massage érotique... Les nobles Romaines ne se gênaient nullement, à l'image des élégantes du temps de Cléopâtre et des Grecques de l'âge d'or, pour se soumettre aux mains douces et caressantes de masseurs et de masseuses qu'on payait à prix d'or sur les marchés d'esclaves.

Le célèbre orateur et avocat Cicéron était, c'est bien connu, d'une santé débile et, de plus, affligé d'un grave défaut de langue. À quoi attribue-t-il l'amélioration de sa santé et surtout le fait qu'il soit devenu un orateur si célèbre qu'on le reconnaît encore aujourd'hui comme une des figures dominantes de l'Antiquité ? Au massage ! Son médecin fit des miracles. De même que dans le cas de l'écrivain Pline, un des intimes de l'empereur. Pline, autre avocat célèbre, avait été victime d'une terrible maladie alors qu'il était au sommet de sa carrière. Il se soumit aux traitements d'un médecin d'origine grecque, esclave il va sans dire, qui le frictionna avec de l'huile d'olive. Le médecin fit tant et si bien que Pline recouvrit la santé et pria personnellement l'empereur d'accorder à son médecin la citoyenneté romaine. Ce qui n'était pas un honneur accordé au premier venu !

Le grand Jules César lui-même souffrait de terribles névralgies qui n'étaient sans doute pas indifférentes au tempérament coléreux et orageux de l'empereur. Aussi, chaque jour, se soumettait-il à des massages prolongés qui le soulageaient de façon fort satisfaisante puisque de toute sa vie il ne rata jamais une seule séance. Ses masseurs le suivaient partout, où qu'il aille, en temps de paix comme en temps de guerre !

Après la chute de l'empire romain et la montée des hordes barbares en Occident, on assiste à une disparition de l'art du massage. Les Huns, Ostrogoths et autres Goths, comme les anciens Gaulois, Bretons ou Celtes connaissaient probablement certaines formes de massage, mais on possède bien peu de documents qui puissent nous éclairer à ce sujet. Peut-être aussi n'avaient-ils cure de ces techniques qu'ils assimilaient à des remèdes de bonnes femmes ou de femmelettes ? Aussi l'art du massage disparutil presque totalement.

De même au Moyen Âge, où l'Occident ignorait les bienfaits du massage. Ou s'il était pratiqué, c'était par quelques sorciers, sorcières ou alchimistes qui n'avaient aucune envie de révéler au grand publie leurs talents de "guérisseurs" de peur de finir sur le bûcher ! Pourtant, le massage survivait quand même sous certaines formes plus ou moins folkloriques. À preuve, cette coutume du "toucher du roi" où malades et perclus se présentaient devant leur seigneur pour qu'il leur impose les mains... Semble-t-il que les malades devaient alors être guéris.

Mais les XVIe et XVIle siècles furent vraiment l'âge noir du massage. Il tomba presque totalement dans l'oubli sauf en de rares occasions où des voix se firent entendre pour souhaiter son usage.

Ainsi le naturaliste italien Alpin qui, de retour d'un voyage en Égypte en 1593, faisait savoir que, là-bas, personne ne prenait un bain sans se faire masser longuement de la tête aux pieds.

Il y eut aussi Paullini qui, en 1698, conseillait aux libertins de l'époque l'usage d'une forme de massage pour le moins particulière. Précurseur distingué du Divin Marquis, Paullini préconisait une forme de massage qui combinait l'usage du fouet, de la fessée, de la rossée (une raclée, si vous préférez) de même que certaines formes brutales de percussion sur le corps. Les gens le prirent très au sérieux, mais sa méthode ne passa guère à l'histoire.

Le témoignage le plus sérieux sur la survivance du massage est probablement celui d'un médecin du nom de Sydenham, très célèbre au XVIle siècle, qui déclarait que si quelqu'un connaissait le pouvoir du massage et s'il parvenait, par quelque moyen, à s'en assurer l'exclusivité, il ne tarderait pas alors à faire fortune.

Ce n'est qu'avec le XVIIIe siècle qu'on voit le massage refaire surface. Voltaire fut le promoteur d'un étrange appareil qu'on nommait la "trémoussoire". C'était tout simplement un fauteuil agité de tremblements... un peu comme ces fauteuils-vibrateurs bien connus de nos jours.
Mais la trémoussoire ne fit pas la fortune de Voltaire... Le célèbre Mesmer, quant à lui, sous prétexte de magnétisme et autres techniques "psychiques" et "miraculeuses", se contentait de faire à ses "patientes" quelques passes de massage érotique. Ce dont ces dames ne se plaignirent jamais puisque Mesmer réussit à s'enfuir de France (pourchassé par les maris de ces dames) avec une jolie fortune, érotiquement subtilisée aux belles qui s'adonnaient au "mesmérisme".

C'est finalement au XIXe siècle que le Suédois Peter Henrik Ling entreprit de systématiser les connaissances en matière de massage. Il réunit sous forme de traité les différentes techniques occidentales et orientales connues du massage et ce fut le début du fameux "massage suédois" dont toutes les formes de massage occidentales actuelles sont plus ou moins tirées.

Ce fut véritablement Ling qui redonna au massage ses lettres de noblesse. À Partir de ce moment, le massage allait connaître un nouvel essor.

Dans tous les cas, le toucher est un aspect très souvent négligé dans notre vie quotidienne moderne, ce qui fait que beaucoup de gens ignorent encore ce qu'est un massage érotique soit par manque de connaissances ou par tabou mal placé alimenté à la fois par nos vieilles racines catholiques et par la croyance populaire que massage érotique va avec vie sexuelle malsaine et dépravée.

De nos jours, il existe une quantité effarante de techniques de massage. Un vrai fouillis pour quelqu'un qui ne s'y connaît pas. Dans le but de lever le voile sur le mystère qui entoure ces différentes théories, nous vous donnons ici un rapide aperçu des multiples écoles de massage connues et du but poursuivi par chacune.

Disons, en premier lieu, qu'il existe deux grandes classes de massage : les massages thérapeutiques (ce sont surtout ces techniques qui font couler le plus d'encre) et les massages d'"entretien" ou de relaxation.

Au niveau des massages thérapeutiques, parlons des massages musculaires qu'on utilise lors de contractures musculaires (le massage des sportifs entre dans cette catégorie). Le massage de pression s'utilise dans les cas de troubles circulatoires. Une autre technique de même nature est le massage du côlon de Vogler. D'autres sortes de massage, typiquement thérapeutiques, s'adressent à certaines parties du corps en particulier, comme le massage du tissu conjonctif de Mme Dicke dont les recherches ont été reprises dans les années 50 par Kohlrausch. Il y a aussi les points de Knapp et on connaît de même les dermalgies de Jaricot.

La réflexologie (ou thérapie de zone) de Ingham s'adresse uniquement aux pieds. Chaque organe ayant sa correspondance sur la plante des pieds, cette école prétend alors que le massage de la plante des pieds apporte un soulagement sensible de l'organe concerné. Il en est de même pour l'auriculothérapie où, cette fois, c'est sur l'oreille qu'on dit retrouver tous les organes du corps humain représentés par des points sensibles qu'il convient de masser pour obtenir un effet thérapeutique.

Du côté oriental, nous connaissons bien l'acupuncture. Non pas celle qui est pratiquée avec les aiguilles, mais celle qui n'utilise que les pouces ou les jointures pour exciter certains points du corps humain.

Le pendant japonais de l'acupuncture, le Shiatsu (ou Shiatzu) relève de la même école de pensée. Et celui-ci a donné naissance au Do.In, forme d'auto-massage dans lequel on agit soi-même sur les points douloureux.

Notons enfin le massage reichien qui, tout en étant thérapeutique, a surtout des visées psychothérapeutiques. De même pour le rolfing, qui a pour principe le remodelage de la personne. En dix séances, le corps tout entier est massé avec des touchers assez profonds, parfois assez violents et douloureux, dans le but de réharmoniser le corps et la personnalité.

Le massage de Proskauer se base, quant à lui, sur le cycle de la respiration. Quant à la thérapie de polarité, disons, pour la décrire, qu'elle pense comme l'acupuncture, tout en agissant comme le rolfing...

Du côté des massages de relaxation, les écoles ne manquent pas non plus dont la plus célèbre, Esalen, a donné naissance à toutes sortes de groupements qui prônent l'utilisation du massage.

Nous vivons dans une société où tout est et se doit d'être ultra rapide que nous ne prenons même plus le temps de toucher et de nous imprégner de la chaleur de notre partenaire en dehors de l'acte purement sexuel !

Pour terminer ce rapide survol, un mot sur le massage esthétique. Celui-ci est appliqué en institut de beauté et n'a finalement qu'un but : rehausser la beauté, le teint, faire disparaître bourrelets disgracieux, etc... Dans la généalogie des massages, une seule mention pour le massage du cuir chevelu tel que pratiqué par les coiffeurs en Occident !

Alors, profitez de ce guide sur les massages érotiques pour rattraper le temps perdu avec votre partenaire actuel ou futur!


26/08/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres